Graffitologie

Ce vaste sujet méconnu et négligé comprend souvent pour les plus anciens des dessins – personnages costumés, animaux réels ou imaginaires, démons, chevaliers, armoiries, cimiers, caricatures, bateaux, châteaux, symboles – ou écritures – sentences, noms, chiffres, dates, signatures, provenances, partis-pris, gags, insultes –, le tout étalé, voire superposé au fil des siècles. 

 

Dans notre région les plus anciens exemplaires liés à des bâtiments datent de l’époque romaine. Nos châteaux conservent des graffitis médiévaux des XIII, XIV et XVe siècles des plus intéressants. Passé la Renaissance ils se multiplient et témoignent, pour le dernier demi-millénaire, de la conscience d’une existence individuelle qui se traduit matériellement par le fait de lier de fragiles vies humaines à un support stable, tel qu’un mur, un rocher, supposé éternel en y marquant le plus souvent son prénom et nom, sa provenance et la date de son passage.

Ces marques aussi méconnues qu’intimes et touchantes, évoquent directement l’existence et les préoccupations de nos prédécesseurs. 

Sinopie Sàrl milite pour l’établissement d’inventaires, la documentation, le partage des données, l’étude, la préservation et la valorisation de ce pan méconnu de notre patrimoine collectif — entièrement autographe et des plus instructifs sur nos prédécesseurs.