Restauration

La restauration inclut l’ensemble des actions directement entreprises sur un bien culturel en état stable, ayant pour objectif d’en améliorer l’appréciation, la compréhension (lecture), la présentation et l’usage. Elle se fonde sur le respect de l’œuvre et en rétabli l’apparence.

L’intervention doit être aussi limitée que possible et effectuée en utilisant des matières réversibles ou pour le moins d’innocuité reconnue en regard des matériaux de l’œuvre à restaurer.

 

Toute mesure prise, ou action menée, découle d’un processus décisionnel interdisciplinaire, incluant la documentation et la recherche (historique, histoire de l’art, scientifique ou technique) en tenant compte des contextes passés, présents et futurs (prévisibles) du bien culturel.

Exemples : remise au jour, allégement ou suppression de vernis, décrassage et nettoyage de la surface, réassemblage de fragments, colmatage de lacune, intégration chromatique de lacune, vernissage, etc.

Il arrive que le travail de restauration d’un bien décoratif fortement lacunaire puisse être poursuivi par un travail de restitution ou une reconstitution douce pour lui redonner sa cohérence d’ensemble.

Une fois terminée toute restauration nécessite un suivi et des contrôles échelonnés dans le temps. Le conservateur-restaurateur repère rapidement une anomalie, une altération et pose un diagnostic au besoin accompagné d’une proposition d’intervention.